Fondation Fernet-Branca

cinq femmes, l’engagement poétique – du 24 novembre 2018 au 10 février 2019
avec Vanessa Fanuele, Marie-Amélie Germain, Marine Joatton, Haleh Zahedi – Fondation Fernet-Branca – Saint-Louis
© Marie-Hélène Fabra
© Marie-Hélène Fabra

Orphée sur le Styx

© Marie-Hélène Fabra
huile sur toile – 240 x 300 cm – 2018  – vue d’ensemble et détails
© Marie-Hélène Fabra

© Marie-Hélène Fabra

La forêt

Huile sur toile – 195 x 360 cm – 2018

Bâtard

© Marie-Hélène Fabra
© Marie-Hélène Fabra

Exposition collective à la cave à bananes sur une proposition de Vanessa Morrisset, Éric Angelot et moi-même, en Janvier 2017.

« Comment, quand on travaille dans le domaine artistique, contribuer à une réflexion sur la crise dans laquelle nous sommes plongés, globalement une crise de l’humanisme de la culture occidentale, si bien traduite par la question de Dominique Lestel À quoi sert l’homme , intitulant l’un de ses ouvrages récents ?

Depuis l’Antiquité grecque, l’homme se pense comme autonome par rapport à lanature — un « empire dans un empire » pour reprendre les termes de Spinoza — position l’autorisant à y puiser desressources à sa guise. Or, aujourd’hui, ce modèle aboutit à une impasse et s’avère catastrophique. La question est
évidemment philosophique, politique, écologique, sociologique. Mais comment la traiter de manière artistique?Comment y prendre part en tant qu’artistes ou théoriciensde l’art, d’une manière non secondaire, c’est-à-dire non illustrative — créer des images d’après une idée — ni uniquement militante — créer et s’engager par ailleurs ?

L’exposition Bâtard, organisée à trois, deux artistes et une théoricienne, est avant tout une démarche visant
à être artistiquement actif dans une situation où tout le monde doit être mis à contribution » Vanessa Morrisset 2017

Spares zonephores

Exposition — Moments Artistiques – Christian Aubert —Paris 2016

Faces and landscapes

© Marie-Hélène Fabra

Exposition à l’espace Funnel art gallery, Bucarest, Roumanie, mars 2015. Ensembles de toiles inspirées par des paysages roumains et de silhouettes vus du train lors de mes voyages entre Paris et Bucarest.  Les dessins sont des encres sur cartes postales.

Le monde nous appartient

© Marie-Hélène Fabra

Exposition au lycée de L’Aigle dans le cadre du programme Panoramas 2014 organisé par la DRAC Basse-Normandie. Série de peintures inspirées par des plaquettes publicitaires pour des voyages organisés, réalisées entre 2000 et 2003

Tracer l’invisible

© Marie-Hélène Fabra

Exposition centre d’art Camille Lambert – Juvisy-2012 -une salle était consacrée aux dessins de la série Désordres, l’autre à une série de peintures réalisées à partir d’albums de famille.

ça ne va pas se passer comme ça

film d’animation – 5 minutes -musique de Claude Yvans – réalisé avec des vieux négatifs et diapositives retouchés, grattés, découpés…Le tout est une libre interprétation de Frankenstein de Mary Shelley. Elle a écrit ce texte au bord du lac Léman et c’est là que je suis née…